Nous avions très envie de tester le voyage à vélo en famille. Côté parents, nous avions déjà expérimenté ce type d’itinérance en VTT en Roumanie et nous avions absolument adoré : on avance assez vite, sans porter trop lourd, tout en profitant des paysages, des rencontres, des odeurs… Cet été, le moment était idéal : nos oursons rentrent encore tous deux dans la remorque enfant, ce qui ne sera plus le cas l’été prochain.

Pour ce qui est de l’itinéraire, nous nous sommes tournés vers une destination française, pas trop loin de notre camp de base en Haute-Savoie (la Bretagne nous tentait bien par exemple, mais c’était un poil trop loin) et surtout vers un parcours 100% voie verte pour ne pas être gênés/pollués par les voitures pour cette première expérience.

Très naturellement, nous avons donc “atterri” dans le Haut-Languedoc pour rouler sur la voie verte, Passapaïs. On vous raconte…

La voie verte du Haut-Languedoc à vélo : notre parcours

Jour 1 : Mazamet – Corniou les Grottes

Aujourd’hui, nous prenons les vélos au départ de Mazamet dans le Tarn, au pied de la Montagne Noire dont la légende raconte qu’elle est souvent arrosée. Ce matin ne déroge donc pas à sa réputation puisque nous partons sous des trombes d’eau.

Voie verte Haut-Languedoc
La Normandie ? Non, le Tarn 😉

Les enfants sont – heureusement – bien calés et au sec dans la remorque. Nous leur avons quand même enfilés leurs pantalons et vestes imperméables, deux précautions valent mieux qu’une et surtout, un ourson hurlant de froid parce qu’il est mouillé, ce n’est pas ce qu’il y a de mieux comme encouragement pour pédaler.

Techniquement, nous sommes dans le midi, pourtant, nous sommes surpris des découvrir des paysages qui nous rappellent plutôt la Normandie ou encore notre Limousin natal : prairies bien grasses, vaches, tourbières, chênes…

Voie Verte Haut-Languedoc
Jeux de lumière sous la pluie

Le temps n’étant pas encore franchement au beau, nous décidons de manger à l’intérieur à Labastide Rouairoux. Après nous êtres réchauffés, séchés et surtout bien remplis le ventre, nous sommes presque prêts à repartir. Sauf que… Si Miss Ours (3 ans et demi au moment du voyage) est propre, Ours Junior (tout juste 2 ans quand nous sommes partis) ne l’est pas encore. Or, suite logique d’un repas copieux, sa couche est pleine, et la trousse de change… n’est pas avec nous : oubliée à l’hôtel de Mazamet ! Papa Ours (à qui l’on doit cet oubli dans la précipitation de la préparation des sacoches de vélo) nous bricole un truc en mode #couchejetableréutiliable et nous voilà repartis.

Le soleil perce à travers les nuages et nous commençons à découvrir la beauté de cette voie verte du Haut-Languedoc, ancienne voie de chemin de fer reliant Castres à Bédarieux. Tunnels, ponts, aqueducs, de nombreux et splendides ouvrages jalonnent le parcours tout en s’intégrant parfaitement dans leur cadre nature.

Voie Verte Haut-Languedoc
Le soleil fait son apparition

Tiens en parlant de tunnel, nous franchissons aujourd’hui le tunnel le plus long du parcours, quasiment 1km : non seulement il nous fait passer du Tarn à l’Hérault, mais en plus il passe sous le col de la Fenille, ligne de partage des eaux entre le versant océanique à l’ouest et méditerannéen à l’est. Un vrai symbole, typique du Parc Naturel Régional du Haut Languedoc, qui se vérifiera concrètement avec le paysage dès le lendemain. En attendant, l’éclairage automatique du tunnel ne s’active pas et nous traversons à la frontale ! (je précise LA car nous n’en avions qu’une pour deux vélos) Bref, toute une épopée : 1km, c’est un poil long et au milieu du tunnel, il fait bien noir : et finalement, les oursons étaient plutôt zen, bien plus que Maman Ours (qui devrait arrêter les séries avec zombies)

Voie Verte Haut-Languedoc
La lumière au bout du tunnel…

Une fois sortis de notre tunnel et un peu avant Corniou les grottes, nous quittons la voie verte pour rejoindre notre chambre d’hôtes de Nabat le Haut. Là, nous découvrons un hébergement de charme niché au fond d’un vallon. Non seulement la vue est sublime, mais la maison d’hôte est accueillante et agréable, un régal après cette première journée riche en émotions. Les enfants sont aux anges : poulets, chiens, chats, de l’espace pour courir, de quoi faire le bonheur de petits oursons !

Voie Verte Haut-Languedoc
Coup de coeur pour cette maison d’hôtes
Voie Verte Haut-Languedoc
Les enfants bricolent

Jour 2 : Corniou les Grottes – Mons la Trivalle

Aujourd’hui nous partons sous un grand soleil, reposés et prêts à pédaler ! D’emblée, la piste nous dévoile ses charmes, ponts travaillés en fer forgé, panoramas sur les collines, forêts, c’est vraiment très agréable d’y pédaler.

Voie Verte Haut-Languedoc
Les collines du Haut-Languedoc

La piste, 100% dédiée aux déplacements non motorisés, est non goudronnée, mais en revêtement stabilisé, elle est parfaitement entretenue et les panneaux de signalisation sont nombreux : on repère facilement où on en est sur le trajet.

Voie Verte Haut-Languedoc
Une signalétique efficace

Après une pause pique-nique au soleil, nous reprenons la route vers Olargues, classé “Plus beau village de France” où une visite s’impose.

Voie Verte Haut-Languedoc
Pique-nique le long de la voie verte

Nous montons aussi haut que l’on peut en vélo dans les ruelles du village pour aller voir le château qui le domine et profiter de la vue : très chouette !

Voie Verte Haut-Languedoc
Olargues

Après une petite pause goûter on enfourche à nouveau nos vélos pour nous rendre compte que les deux roues de la charrette sont à plat… C’est là que le Papa Ours bricoleur entre en action et nous résout le problème en un clin d’oeil (bon, en vrai, ça a pris une bonne demi-heure, mais il l’a fait !)

Voie Verte Haut-Languedoc
Réparation en cours
Voie Verte Haut-Languedoc
C’est parti mon kiki !

En fin d’après-midi, nous atteignons notre halte du jour, à Mons la Trivalle dans la chambre d’hôte des Terrasses du Caroux.

Voie Verte Haut-Languedoc
La vue depuis la chambre d’hôtes

La vue sur les collines, la garrigue, les montagne du Caroux est somptueuse. Ici, le paysage comme les maisons prennent vraiment des allures du sud, le soleil renforçant encore plus cette impression.

Jour 3 : Mons la Trivalle – Hérépian

Troisième et dernier jour de notre périple : le soleil est à nouveau au rendez-vous et nous partons ce matin non pas sur la voie verte, mais vers les gorges d’Héric. Et c’est parti pour 5 km et 315 mètres de dénivelé, attention, ça monte !

Voie Verte Haut-Languedoc
La montée dans les Gorges d’Héric

Le long des gorges, un chemin goudronné permet de monter jusqu’au village d’Héric, tout en longeant la rivières et ses nombreuses et magnifiques piscines naturelles. Si vous avez l’occasion de venir marcher, pédaler ou grimper par là, cela vaut vraiment le détour !

Voie Verte Haut-Languedoc

En redescendant, nous faisons halte au bord de l’eau, pour le plus grand bonheur des oursons. Entre le sables, les galet et l’eau claire où ils peuvent se tremper les pieds, ils sont comblés et la pause pique-nique se transforme en après-midi patouilles.

Voie Verte Haut-Languedoc
Happy et mouillés !

Nous reprenons ensuite les vélos pour notre dernière étape qui démarre sur le magnifique pont “type Eiffel” qui enjambe le Jaur, avant de se poursuivre agréablement à l’ombre des châtaigners et des chênes verts.

Voie verte du Haut Languedoc en vélo

Sans surprise, les oursons dorment paisiblement et profitent de la chaleur méditerranéenne, pendant que nous pédalons jusqu’à notre dernière étape, Hérépian, que nous atteignons bien trop vite à notre goût. On serait bien restés un peu plus longtemps sur la voie verte du Haut-Languedoc…

Ce que nous avons aimé

Nous avons adoré pédaler tous les 4 pendant 3 jours en pleine nature sans jamais croiser de voiture en ayant l’impression unique et sereine d’être un peu dans notre bulle.

La variété des paysages nous a séduit : passer des vertes pairies et des tourbières humides aux collines de garrigue en si peu de temps est un peu magique.

Côté enfants, les gorges d’Héric restent un gros coup de coeur : jouer dans le sable et dans l’eau, ramasser des gallets, recette imbattable d’un pique-nique réussi !

Voie Verte Haut-Languedoc
La vie dans la remorque

Et d’une manière générale, les oursons ont adoré se balader dans la remorque enfant derrière le vélo de Papa Ours : c’est une attraction en soi ! Alors qu’en voiture on entend la célèbre rengaine “C’est quand qu’on arrive”, en vélo, que nenni, ils profitent sereinement du paysage, chantent, se racontent leurs petites histoires.

Infos pratiques pour faire la voie verte du Haut Languedoc

Notre équipement

Nous étions en VTT, Papa Ours tirant la remorque et Maman Ours équipée de 2 sacoches.
Pour la remorque enfant, nous avons opté pour la Cougar de Thule (qui sera bientôt disponible dans la boutique).
Voici aussi quelques conseils généraux :

  • Faire une liste pour préparer les affaires sans rien oublier (je publierai la nôtre bientôt sur le blog)
  • Prendre des affaires de pluie (on ne sait jamais)
  • Glisser une ou deux frontales dans le sac (si les tunnels ne s’allument pas)
  • Eviter d’oublier la trousse de change…

Avec qui partir ?

Ce voyage nous a gracieusement été proposé par Chamina Voyages qui, outre une qualité de service au top, assure le transport des bagages d’étape en étape et réserve les hébergements.
Vous pouvez retrouver ici le séjour en question.

6 COMMENTAIRES

  1. Nous qui avons envisager d’avancer sur une partie de notre tour du monde en vélo, c’est une aventure qui nous fait rêver!

    La France possède de magnifiques paysages et le vélo, en famille, c’est un moyen au top pour découvrir tout ça!

    Merci pour l’idée (une de plus!!)

    Alice

  2. Une très belle idée de partir en itinérance avec un appui logistique, merci pour le récit ! Ca nous ouvre des possibilités intéressantes pour partir à pied pour quelques jours avec notre ourson de 18 mois sur le dos cet été ! (et sans les gros sacs à dos…Ce qui nous fait reculer…). Je vais chercher des randos adaptées, mais si vous avez des suggestions, je suis preneuse ! Alpes, Pyrénées, sentier sur les côtes de Bretagne, les jeux sont ouverts…

    • Bonjour Cécile,
      Merci pour votre commentaire. Oui, cela reste le meilleur moyen de partir, quelqu’un ou un âne qui porte les affaires. Du coup, vous pourrez peut-être trouver votre bonheur chez Chamina Voyage, Terdav ou encore La Balaguère !
      Au plaisir d’avoir de vos nouvelles !
      Maman Ours

  3. “baroudeurs” c’est un peu exagéré comme terme non ?
    on peu aussi faire la même chose en transportant sa tante, sa bouffe et tout le matériel, en dormant en camping et en sauvage, et sans passer par une agence de voyage… et avec des enfants, bien sûr !
    Mais bon, le principal c’est de se faire plaisir et de profiter de cette belle nature.
    Merci pour votre site et vos infos en tous cas !
    Bien cordialement,
    Sylvain, baroudeur d’occasion 😉

    • Effectivement, on peut mettre un peu ce que l’on veut derrière le terme Baroudeur, l’essentiel étant de se faire plaisir dans la nature 😉

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here