Envie de découvrir la nuit en montagne sans toutefois vous lancer dans le bivouac (en gardant plus de confort !) ? Faire une randonnée sur 2 jours avec une nuit en refuge est une très bonne expérience à vivre en famille ! Nous avons commencé nos nuitées quand le plus jeune de nos garçons avait 3 ans. Depuis, chaque année, on en essaie de nouveaux !

Voici une sélection de cinq refuges en famille que nous avons testés et appréciés en Savoie Mont Blanc.

Le refuge d’Averole, pour une première fois facile !

refuge en famille, refuge d'Averole

En bref :

  • Point de départ : En Maurienne, à Bessans, parking des Vincendières
  • Durée : Environ 2h pour monter au refuge. En été, une navette peut encore raccourcir le trajet.
  • Dénivelé : ~400m depuis le parking

Nos coups de cœur pour ce refuge:

  • Sa facilité d’accès pour être dans un cadre de haute montagne, avec une vue sur un cirque magnifique.
  • Les animations organisées par le refuge : nous avons participé à une soirée astronomie (très bien malgré les nuages !!)

La randonnée :

Nous y sommes montés tôt dans la saison (en Juin) pour l’ouverture. Il y avait encore de la neige et la navette n’était pas en fonctionnement. Depuis le parking, on longe la rivière pour s’élever dans le vallon. On doit traverser des coulées de neige… Nous avons choisi de monter en rive gauche de la rivière, on observe donc le hameau d’Averole et son architecture typique de la Maurienne.

La randonnée est finalement assez courte pour arriver au refuge (les enfants étaient motivés aussi !!). Le refuge est une grande bâtisse avec la vue sur le cirque de montagne alentour.

Le retour peut se faire par le même chemin, ou sur l’autre rive avec la traversée du hameau. Vous pouvez également prolonger en faisant une boucle, mais cela rajoute pas mal de chemin. Les garçons ont choisis de redescendre direct se baigner au plan d’eau de Bessans !

Sur la route :

La Haute Maurienne est riche d’activité ! Vous passerez devant la redoute Marie Thérèse qui se visite, les apprentis chevaliers apprécieront. Un parcours d’accrobranche est installé à côté, avec une super grande tyrolienne : 640 m de long et 180m de haut !! Réservée aux adultes bien sûr… Il y a des parcours et des tyroliennes pour les enfants bien entendu ! C’est le parcobranche du diable

Le refuge du Parmelan, aux portes d’Annecy

refuge avec des enfants, le refuge du Parmelan

En bref :

  • Point de départ : Chalet de l’Anglettaz
  • Durée : Environ 2h pour monter au refuge
  • Dénivelé : ~400m

Nos coups de cœur pour ce refuge :

  • Les lapiaz. Le plateau du Parmelan en est rempli !
  • La vue sur le lac d’Annecy depuis le sommet.

La randonnée :

Après une brève traversée en forêt, on traverse les labyrinthes de pierre : les lapiaz. Le travail de l’eau sur la roche est très sympa à regarder ! Cet itinéraire est plutôt facile, avec quand même un chemin caillouteux. Il faut que tout le monde soit bien chaussé. L’arrivée au sommet est magique avec une vue à 360 ° splendide ! Avec le beau temps, vous verrez le lac léman, le lac d’Annecy…

Le refuge est très fréquenté car très proche d’Annecy. Mais il n’en reste pas moins agréable !

Le retour à la voiture peut se faire par le même itinéraire, ou par une boucle qui va traverser le lapiaz. Il faut alors faire attention à où on met les pieds, car le chemin est dans les rochers ! Cet itinéraire est un peu plus long et plus exposé.

Sur la route…

Le lac d’Annecy au retour ! La baignade s’impose après 2 jours de randos !

Le refuge du col de la Vanoise, au pied des glaciers

Rando refuge avec des enfants au col de la Vanoise

En bref :

  • Point de départ : Pralognan la Vanoise, en haut du téléphérique du Bochor ou du télésiège des Barmettes.
  • Durée : Du sommet du télésiège, compter 2 heures, 3h du téléphérique.
  • Dénivelé : ~ 600 m depuis le téléphérique

Nos coups de cœur pour ce refuge :

  • Le paysage : l’aiguille de la Vanoise, la traversée du lac des vaches, les glaciers de la Grande Casse et de la Vanoise.
  • La faune et la flore du parc national de la Vanoise : marmottes et edelweiss en tête !

La randonnée :

Nous sommes montés par le téléphérique, car le télésiège n’était pas encore ouvert (il n’ouvre que le 14 Juillet). En plus, j’étais seul avec les garçons et un de leur copain (c’est ma technique pour les motiver !). Du téléphérique, il faut légèrement redescendre à flanc de montagne pour rejoindre le refuge des Barmettes, arrivée du télésiège. Le panorama sur l’aiguille de la Vanoise est déjà beau. Le chemin est un peu impressionnant, car la pente est raide sur le côté. Le chemin s’élève ensuite par un bon chemin en pierre bien balisé (et très fréquenté) pour rejoindre le lac des vaches. Ce lac est célèbre car il faut le traverser sur des pierres. Le chemin continue ensuite sa montée jusqu’à arriver au pied de la Grande Casse et au col de la Vanoise, où le refuge est installé.

Le refuge est très gros et un peu impersonnel… L’ambiance et le paysage extérieurs sont surtout le gros attrait du lieu !

La descente peut se faire par le même chemin, mais aussi par l’autre côté de l’aiguille de la Vanoise. Il faudra alors redescendre à pied jusqu’à Pralognan (environ 1 000m de dénivelé). Ayant eu de la pluie à la montée, j’ai choisi de redescendre s’amuser au lac des vaches plutôt. La boucle est jolie avec la traversée d’un lac/marais qui peut être rempli de fleurs. La fin est caillouteuse également (comme l’autre côté).

Sur la route…

La visite du centre de la nature du parc national à Pralognan. Rapide, mais intéressant à découvrir !

Le refuge du Val d’Ambin, petit refuge typique « presque » comme dans le temps

rando refuge avec enfantEn bref :

  • Point de départ : En Maurienne, à Bramans, parking du val d’Ambin
  • Durée : En théorie 1h/ 1h30 pour monter au refuge. Notre plus jeune n’était pas du tout motivé… Cela a été long…
  • Dénivelé : ~300m depuis le parking

Nos coups de cœur pour ce refuge :

  • Son côté rustique à l’ancienne !

La randonnée :

La randonnée suit un vallon entre deux montagnes. La vue n’est pas très dégagée : seulement dans notre dos ! Le parcours de la montée est parsemé de géocaches (du site geocaching) qui permettent de motiver les troupes. Au fond du vallon, la rivière embellit encore le paysage.

Le refuge est petit et à l’ancienne. Seulement 2 dortoirs, les toilettes à l’extérieur, l’espace est exigu. L’ambiance y est sympa et les enfants sont bienvenus !

Le lendemain, après l’observation des marmottes, il est possible de prolonger la montée jusqu’à un lac. Nous n’y sommes pas allés vues les difficultés de la veille. La descente se fait par le même chemin que l’aller.

Sur la route…

Voir plus haut le refuge d’Averole !

Le refuge du fond d’Aussois, paradis de la marmotte

refuge en famille au fond d'AussoisEn bref :

  • Point de départ : En Maurienne, au-dessus d’Aussois, le parking du plan d’Amont
  • Durée : Environ 2h pour monter au refuge.
  • Dénivelé : ~ 350m

Nos coups de cœur pour ce refuge :

  • Le paysage alentour et la faune du Parc National de la Vanoise : marmottes et le renard Goupil !

La randonnée :

Au-dessus de la petite station d’Aussois les deux lacs artificiels marquent le début de cette randonnée dans le parc national de la Vanoise. La montée se fait par un très bon chemin tranquillement. On traverse de jolis petits ponts, de grandes prairies herbeuses. On s’arrête observer les têtards et les marmottes qui jouent sans crainte. La montée passe toute seule jusqu’au refuge !

Le refuge est très confortable. Un renard vient chercher de la nourriture le soir, les enfants sont contents de le voir de si près ! Des animations peuvent également être organisées : nous avons eu un diaporama sur l’Everest avec un alpiniste népalais qui l’avait gravi 7 fois ! Impressionnant !

Pour le retour, nous avons fait une boucle par le refuge de la dent Parrachée. Il faut encore un peu monter pour y parvenir. Le refuge en lui-même est plus typique que celui du fond d’Aussois, mais pour la randonnée sur 2 jours, il est plus pratique de s’arrêter au fond d’Aussois, cela coupe mieux les journées. Puis on redescend vers le parking, avec la vue sur le lac mais de l’autre rive. Cela change un peu le paysage.

Sur la route…

Les forts de l’Esseillon. On l’appelle aussi la barrière de l’Esseillon ! Cela fait face à la redoute Marie Thérèse. Des parcours à thèmes sont organisés. Il y a également un parcours de via ferrata au pied du fort.

Au sujet des refuges :

  • Tous ces refuges font partie du Club Alpin Français (CAF), vous pouvez les réserver sur internet ou en téléphonant directement. Et vous pouvez retrouver tous les refuges famille ici.
  • Vous pouvez réserver la nuitée simple (en dortoir habituellement) ou la demi-pension (ce que l’on a toujours fait). La plupart propose un panier pique-nique pour le 2e jour (pour ceux qui ne peuvent pas porter d’affaires) ; appelez le refuge avant pour vous en assurer !
  • Les lits sont confortables et ne sont (la plupart du temps) pas dotés de couvertures qui grattent !! Un sac à viande est idéal pour dormir.
  • Les refuges sont accessibles dès le plus jeune âge. Certains proposent même des lits bébés ! Nous avons dormi une fois avec un bébé de 9 mois. Il vaut quand même mieux que bébé fasse ses nuits si vous ne voulez pas vous faire des ennemis… et soyez vigilants à l’altitude du refuge qui peut ne pas convenir aux plus jeunes.

Avez-vous dormi dans d’autres refuges ? N’hésitez pas à donner vos expériences en commentaires, cela sert à toutes les familles baroudeuses !

Cet article fait partie du programme Ambassadeurs où nous invitons des familles baroudeuses à partager leur expérience avec la communauté des Petits Baroudeurs.
Ce programme, imaginé par la famille Ours des Petits Baroudeurs est soutenu par des marques qui ont tout compris à l’outdoor en famille !

9 COMMENTAIRES

  1. Merci pour ces chouettes adresses, une nuit en refuge, c’est vraiment quelque chose qui nous tente de plus en plus, mais je suis refroidie par le prix sur les quelques adresses que j’ai vues jusqu’à présent…

    • Effectivement, dormir en refuge a un prix. Celui-ci s’explique par le fait que les refuges sont souvent dans des zones difficiles d’accès et donc pas facile à approvisionner.
      N’hésitez pas si vous avez d’autres questions ! A suivre dans le blog, un article sur les refuges en famille Mode d’emploi.

  2. Venons de passer une nuit au refuge du Parmelan avec nos 3 enfants de 2 et 6 ans. Je déconseille. Pour une seule et unique raison, accueil épouvantable. Enfants ouvertement non souhaités.Professionnalisme sûrement réservé à une élite montagnarde… Et encore. Je suis extrêmement déçue. Et outrée par la dangerosité de certaines suggestions. Bien sûr la balade est difficile, surtt pour les petits. C était ambitieux. Sommes arrivés en haut, éprouvés, alors que l orage commençait à gronder. Les enfants pleuraient, épuisés et inquiets. Ns avions tout prévu pour bivouaquer. Pr autant, vu l importance de l orage a venir, ns avons demandé si ns pouvions ns abriter ds le refuge. La réponse a d abord été “plus de place, vs n avez qu à redescendre” (sous l orage, avec 3 enfants épuisés… Bien sur, ce n’est absolument pas dangereux.) Puis parce que ns avons insisté : “oui, si grande nécessité, le temps de l orage, ms sur la pointe d pieds et ds le silence complet”. Qd l orage a commencé à éclater (nuit du 14 juillet, orages violents) et que ns mangions (ns avions réservé le dîner, bravo aux personnes en cuisine par contre), ns avons entendu parler d annulations. D places ont été proposées à un couple de marcheurs, pensez vs que ns en ayons été informés ? Qd mon mari a sollicite c quelques places restantes, ce charmant monsieur de l accueil ns les a attribué avec une moue dedaigneuse en ns rappelant bien que les enfants ne devaient faire absolument aucun bruit. Pression énorme et aucune bienveillance. Finalement on n a entendu qu une bande de jeunes qui a fête le 14juillet jusqu’à 22h au rez de chaussee… Et les ronfleurs… Aucun enfants n a moufte. En colère. La notion de “refuge” est ici complètement usurpée!

    • Un grand merci Anne-Laure pour ce témoignage ! Je trouve aussi cela inadmissible de la part des gardiens du refuge. Nous l’avons donc déjà signalé au Club Alpin Français qui, j’espère, fera le nécessaire.
      Je vous souhaite d’autres belles randonnées en famille et pour le coup, je vous recommande chaudement le refuge d’Avérole en Haute Maurienne où vous n’aurez pas ce genre de déconvenue.

  3. Merci pour ces suggestions. En plus de l’article plus global de Céline cela me donne envie d’aller vadrouiller en montagne avec mes marmots (3 ans et 3 mois…mais on va attendre un peu). J’imaginais qu’il fallait faire une randonnée de 5-6 heures avant de pouvoir trouver un refuge et loin de moi l’idee que les jeunes enfants y étaient souvent les bienvenus !

  4. Bonjour, je confirme également que le refuge d’Averole est un incontournable, pour un beau moment en famille ! Prestations pour les enfants, randonnée adaptée aux plus jeunes, repas “tout fait maison”, accueil et disponibilité de la part des gardiens.

  5. Bel article, et je conseille également à toutes les familles de tenter l’expérience ! Je confirme l’excellent refuge d’Avérole, que j’ai fait l’année dernière comme 1er refuge avec mes enfants de 3 et 5 ans. Ils ont adorés (la salle de jeu!!, les poules, et super accueil des gardiens), et ont insisté pour y retourner cette année, ce que nous avons fait fin juin (encore beaucoup de neige, pas pu faire le tour). Comme avec les enfants tout se joue sur la motivation, je conseille vivement de bien choisir une valeur sûre comme celle là pour une 1ère sortie, ça met dans de bonnes conditions pour qu’ils aient envie de repartir…
    Pour les miens, ça a bien marché, et depuis nous avons fait aussi le fond d’aussois, très sympa (super la visite du renard!), val d’Ambin (bon accueil, typique effectivement et belle balade, mais je le conseille avec des enfants déjà habitués, cela reste des lits à l’ancienne, bas flanc et dortoir de 16 personnes), refuge de la Femma (magnifique, en plein coeur du parc de la Vanoise, et c’est le vrai paradis des marmottes, il y en a littéralement des centaines le long du chemin et aux abords immédiats du refuge jamais vu autant ailleurs, refuge bien adapté pour les enfants mais randonnée un peu longue) et le refuge de l’Etendard la semaine dernière. Et en prévision, refuge de l’Alpe de Villar d’Arene (Ecrins) et col de la Vanoise cet été …

    Pour ceux qui sont un peu rebutés par les prix, tout a fait logiques quand on sait les difficultés d’approvisionnement et le coût d’une minute d’héliportage, notez que le plus cher ce sont les repas. La nuitée hors repas dépasse rarement la vingtaine d’euros pour les adultes et 10 pour les jeunes, et c’est même gratuit pour les moins de 8 ans dans les refuges du CAF. Il suffit de prendre a manger pour le soir, il y a souvent un coin dédié pour faire sa popote …

  6. bonjour
    J’ai testé ce week end le refuge du parmelan avec ma fille de 23 mois
    Montée en 50min avec la petite sur le dos et les affaires pour la nuit
    Accueil parfait au refuge et un super bon repas. Il y a avait plein d’enfant entre 2 et 5 ans je dirais.
    par contre, nuit très très fraiche samedi soir et nous étions logés dans la “grange” qui est très rustique (pas d’isolation, on sent les courants d’air, et c’est très grand, la chaleur humaine ne suffit pas). j’ai eu froid toute la nuit et je me suis vraiment inquiété pour mon bébé qui dormait juste à coté.
    A priori, finalement, elle a bien dormi, mais en réservant, demandez bien une place dans le batiment principal :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here