Tour de l'Islande en famille : vivre au soleil de minuit en camping-car
Vous inspirer, vous conseiller, vous équiper Livraison offerte dès 75€ d'achats
Vêtements
Vêtements de randonnée enfant Polaires et doudounes
Vêtements imperméables Vêtements du quotidien
Accessoires Vêtements anti-insectes
Vêtements de pluie A découvrir
Chaussures
Chaussures de randonnée Bottes de pluie Bottes de neige Sandales d'eau et de randonnée
Chaussures de randonnée Je découvre
Equipement
Lunettes de soleil enfant Protection anti-insectes enfant
Sac à dos d'école Hygiène et premiers soins Puériculture nomade Masque anti-covid enfant
Cartables ergonomiques Je découvre
Portage
Porte-bébé de randonnée
Veste de portage
Accessoires de portage
Activités
Randonnée Camping et bivouac Repas et pique-nique Escalade enfant
Equipement ski enfant En Voyage Plage et eau Glisse urbaine
Cyclo Jeux Lecture
Randos d'automne Nos idées
Marques

Micro-aventures en famille

Tour de l'Islande en famille : vivre au soleil de minuit en camping-car

Article posté le 12/08/2022
Tour de l'Islande en famille : vivre au soleil de minuit en camping-car

Direction l’Islande avec nos ambassadeurs de longue date, qui ont fait la découverte de cette fabuleuse île, surnommée « la terre de Glace et de Feu » à bord d’un camping-car. L’Islande en famille, un voyage 100% nature, qui promet des paysages sublimes : geysers, volcans, fjords, lacs… Et on peut même y apercevoir des baleines !

Terre de contrastes, symphonie de lave noire, neige étincelante, chutes d’eau, dégradés de verts, de bleus, de rouges et d’ocres, surréelle et sauvage… L’Islande offre un vrai décor de cinéma ! Atterrissage à Keflavik, c’est parti !

Le casting du camping-car 

La météo

Quand nous avons commencé à nous intéresser à la destination – proche, où la carte d’identité suffit pour entrer, nous avions en tête l’idée d’un voyage itinérant pour découvrir les 1001 facettes de l’île et qu’il serait difficile de dépendre des caprices de la météo, même en été où la température avoisine les 10°C.

En Islande, le temps peut valser du soleil à l’averse en une fraction de secondes. Si les prix du billet d’avion sont très compétitifs (autour de 400€ à 3 à l’époque – Anouck ne payant pas encore), l’ardoise sur place peut très vite s’alourdir vu les prix de l’hébergement et de la nourriture.

L’autonomie

Nous avons vite compté qu’avec un enfant en bas-âge, nous aurions besoin d’être autonome pour maitriser notre budget et avoir une solution de repli, en cas de mauvais temps, ce qui est arrivé très souvent, et pour respecter la fatigue de notre enfant, alors âgée de 18 mois.

Accessoirement, je venais aussi d’apprendre que j’étais enceinte et appréhendais la fatigue et les possibles nausées du premier trimestre que je n’avais pas connues pour Anouck. 

Une belle découverte

Benoit avait déjà voyagé enfant, en camping-car, dans les parcs américains. Pour ma part, c’était une première ! Comme notre fille, j’ai eu la joie de découvrir l’organisation de cette forme de tiny-house avec un lit deux places, le combi douche – toilette et le coin cuisine avec la table à manger et les sièges avant réversibles. Le moindre espace est optimisé en rangement. À trois, c’est l’idéal.

Pour ce qui est de la route, nous avons préféré l’asphalte de la route circulaire (soit 1 300km), en prévoyant quelques écarts, sans difficulté et faisant attention aux troupeaux de moutons !

Nos coups de cœur

Les 5 incontournables

1. Pingvellir

Site historique et géologique classé au patrimoine mondial de L’UNESCO avec sa chute d’Oxararfoss, le rocher de la loi, Lögberg et sa faille entre deux plaques tectoniques.

2. Geysir

Celui qui donna son nom aux jaillissements intermittents de source d’eaux chaudes, « geyser ». Si celui-ci vit au ralenti, son petit frère Stokkur souffle toutes les 5 à 10 minutes en s’élevant à près de 20m !

3. Les cascades, Foss de tous les coins de l’Île

  • Svartifoss et son écrin d’orgue basaltique
  • Dettifoss ou la plus puissante cataracte d’Islande
  • Gullfoss, la reine de toutes avec son canyon à 32m de profondeur et son arc en ciel…
  • Seljalandsfoss, au pays des cascades, c’est la plus féérique. Une fois devant la chute, un passage permet de passer de l’autre côté du rideau d’eau.

4. Jökulsarlon

Rien de plus magique que cette lagune aux cent icebergs bleutés, en bord de route où fut joué dangereusement vôtre et Meurs un autre jour.

5. Hverir

Condensé des phénomènes géologiques du paysage islandais : cratères, volcans, fumerolles, champs de lave et mares de boue en ébullition, la nature à l’état brut.

Les 3 insolites

1. La chasse à la baleine

Observer dans la baie de Skjalfandi à Husavik, capitale mondiale de l’observation du plus gros des mammifères marins.

2. Les toitures végétalisées

Couvertes de tourbe et d’herbes folles.

3. Hot pots ou hot tubs

Chercher les hot pots ou hot tubs, naturels ou aménagés, pour se baigner en pleine nature, dans des rivières d’eau tiède ou une baignoire avec vue sur mer…

Notre première rando-baignade nous a amené sur une promenade de 6km A/R dans la vallée de Reykjadalur. En sortant de Hverargerdi et suivant Breidamork sur 3 km on arrive sur un parking. Le chemin suit la rivière fumante à travers monts, avant d’arriver dans un espace aménagé de caillebotis, autour de bassins d’eaux chaudes, peu profonds. 

Synopsis

Parc national de Pingvellir

En camping-car, on doit se résoudre à rester sur les axes majeurs. Sur 10 jours, la ring-road est un classique, qui par chance offre déjà du grand spectacle !

Notre périple a donc commencé sur une faille continentale, au parc national de Pingvellir, inscrit au patrimoine de l’Unesco. C’est ici qu’on s’installa pour la nuit avant d’être délogé au petit matin

Le cercle d’or

La route nous a ensuite conduit au Cercle d’Or, avec l’incontournable Geysir et des successions de cascades : Gullfoss, avec son canyon de 32m, Seljalandfoss et son sentier derrière les chutes d’eau et 1 km plus loin, Gljufrafoss, Skogafoss, haute de 62m.

Nous avions prévu de voir le coucher de soleil près de Vik, le petit Etretat local,pour y randonner le lendemain, mais la pluie a eu raison de notre entrain. Nous manquerons aussi Solheimasandur, la carcasse de DC-3 de l’US Navy et Seljaballalaug, un bain naturel situé à 20 minutes de marche. C’est aussi cela l’avantage du camping-car… la liberté de poursuivre sa route pour éviter la pluie.

Parc national du Vatnajokull et ses alentours

Nous avons traversé les champs de lave pétrifiée, couverte de mousse. Avant de rejoindre le plus grand sandur, cette plaine de sable noir formée par la fonte de glacier, jusqu’au parc national du Vatnajokull.

De là, de nombreux attraits naturels sont à découvrir non loin de la route : les chutes jumelles de Systrafoss, Svartifoss et ses orgues basaltiques que l’on atteint après un sentier pédestre de 45 min, au départ du centre d’accueil de Skaftafell, avant de filer à la lagune glaciaire et les icebergs de Jökulsarlon.

icebergs de Jökulsarlon : Islande en famille
Lagune glaciaire et les icebergs de Jökulsarlon

Fjords de l’est

Au 4e jour, nous partions de la lagune de Hofn vers les fjords de l’est connus pour ses ports de pêcheurs. À Djupivogur, une ville « slow life », on peut admirer l’œuvre de Sigurdur Gudmundsson, Eggin i Gledivik, ou la reproduction agrandie de 34 œufs d’oiseaux d’ici.

La voie 1 se poursuit dans les terres jusque Egilsstadir où pourrait habiter un cousin du Loch Ness, le Lagarfljotsormur, avant de gagner la mer le long d’un des plus grands fjords de l’Ile, Seydisfjördur.

Chutes de Dettifoss et Selfoss

Le lendemain, nous avions vu les chutes de Dettifoss et Selfoss distante d’un kilomètre. La première fait 44m de haut pour 100m de large. Les chutes sont puissantes puisque le débit est de 200m3/ s. et font autant de bruit qu’un avion au décollage.

Chutes de Dettifoss : Islande en famille
Chutes de Dettifoss

Volcans et cratères de la région de Myvatn

Par la suite, nous sommes allés explorer les différents volcans et cratères de la région de Myvatn.

En commençant par la Caldeira de Krafla et le lac Viti, bleu turquoise, formé lors des éruptions du volcan Krafla, en 1724. Deux boucles sont proposées pour faire le tour du site, une petite boucle et une boucle plus grande de 1h45 de chemin aménagé, à suivre pour éviter de tomber dans les solfatares et autres fumerolles avec des odeurs d’œufs pourris (soufre), mais aussi des mares de boue bouillonnantes.

Lac viti : Islande en famille
Lac Viti

Après 30 minutes de marche, on atteint le cratère de l’Hofur puis, en 30 minutes encore, le sommet du Leirhnjùkur qui surplombe la caldeira et offre un panorama sur une dizaine de kilomètres. Un peu plus loin se trouve un site similaire, Hverir et un sentier qui mène à la montagne de la carrière, Namafjall. Nous avons fini la journée au lac Myvatn, « lac des moucherons », paradis des canards et marché sur les sentiers de Dimmuborgir

Hverir : Islande en famille
Hverir

Apercevoir les baleines

Après cette journée, nous avions rendez-vous avec les cétacés à Husavik nous avons enfilé nos combinaisons de pêcheur, avant d’embarquer sur un chalutier pour apercevoir le plus gros des mammifères marins. Si le tour m’a causé le mal de mer, que j’ai dû confier Anouck à Benoit tant j’avais froid, nous avons pu voir la bête ! Pour nous réchauffer, nous sommes partis en quête d’une baignoire libre, source d’eau chaude près d’Akureyri pour nous remettre de nos émotions.

baleines : Islande en famille
L’Islande en famille c’est aussi partir à la recherche des baleines

Cap sur la péninsule ouest

Pour terminer ce voyage, nous avons fait nos derniers kilomètres sur les traces de Jules Vernes, en mettant le cap vers la péninsule ouest de Snaefellsnes, celle que l’on appelle l’Islande miniature, réputée pour sa variété de paysages.

péninsule ouest : Islande en famille
Islande en famille : Péninsule Ouest

Nous avons visité le charmant port de Stykkisholmur et sommes montés à la colline du phare de Sugandisey avec sa vue sur la baie de Breidafjordur, arpenté les sentiers qui longent la côte, en allant par exemples d’Arnarstapi à Hellnar – 2,5km, 2h A/R, dans l’espoir d’apercevoir Bibi Phoque ou de Malarrif à Londrangar – 40min A/R, avant de regagner la capitale explorer son front de mer, le centre historique et la plus belle et vivante artère de la ville, rue Laugavegur, le city hall, le centre culturel Harpa dans le quartier de la Marina, le jardin botanique, riche de 5 000 espèces de plantes arctiques et le musée du Perlan qui cache 6 citernes d’eau chaude, avant de rentrer.

Notre équipement 

« Il n’y a pas de mauvais temps, juste de mauvais vêtements. » Proverbe nordique.

  • Veste chaude Gore Tex ;
  • Sous vêtement thermique ;
  • Imperméables ;
  • Bonnets ;
  • Combi enfant ;
  • Bottes ;
  • Gourdes thermos ;
  • Chaussures de rando ;
  • Bâtons ;
  • Jumelles pour voir les macareux ;
  • Porte-bébé Deuter…

Cet article relate une aventure en famille du 9 au 18 juillet 2015 en camping-car, en Islande.

HEY, SI ON ÉQUIPAIT VOS PETITS BAROUDEURS ?

Chez les Petits Baroudeurs, nous dénichons avec soin et amour les produits utiles à vos aventures en famille. Nous les testons avec nos Oursons, les cousins, les amis de nos loupiots – quand nos enfants sont trop grands pour tester eux même. Et nous ne sélectionnons que les meilleurs produits pour vous les proposer.

Voici donc la sélection de notre boutique pour un voyage en Islande en famille :

Veste imperméable
➳Je découvre
Chaussures de randonnée
➳Je découvre
Porte-bébé de randonnée
➳Je découvre

La famille Niaudet

La famille Niaudet

Moi, c’est Vanessa, lui, c’est Benoit. Mordus de nature, on est tombé amoureux l’un de l’autre grâce à nos passions communes pour la marche, la montagne et la découverte d’autres cultures et de nouveaux horizons. Après avoir bien profité des sentiers à deux, nous sommes rentrés du Cameroun à 3…
D’abord, Anouck, née en 2013, a été de toutes nos excursions, en écharpe, à pied puis à vélo. Elle aime être libre, rêve de traverser un pays à pied, moins arrêter de sucer ses deux doigts.
Deux ans après, Niels est arrivé ! Après la marche, le vélo, l’accrobranche, le ski lui réussit! Le ski aussi, le ski aussi… Il aime passer des heures dans la nature et jardiner, moins le centre aéré.
Deux ans plus tard, c’est Swann qui rejoint la tribu. Le sourire aux lèvres, il a déjà vadrouillé sur les Chemins de Compostelle, puis du Pays Basque à la Galice, pris l’air des Alpes Italiennes et Helvètes avant d’atterrir à Chambéry. Il aime les myrtilles sauvages, moins le soleil – Shame la peau de roux !
Le dernier de la cordée nous a rejoint cet hiver. Grace à notre amour des Alpes et des grands espaces, Sören sera le seul à pouvoir revendiquer son origine savoyarde. Il aime les promenades en portage et cumule déjà bon nombre de kilomètres à son podomètre !

Plus d'articles de La famille Niaudet

Pour encore plus d'aventures !

Micro-aventures en famille

La famille Niaudet

15 jours en famille sur la Véloscénie, en quête de Michel !

On ne vous présente plus nos Ambassadeurs de longue date, la famille Niaudet, passionnée de marche et de montagne !...

Micro-aventures en famille

La famille Niaudet

La petite transhumance en Savoie des brebis des Granges de Joigny à la bergerie de Le Devin

La famille Niaudet nous partage la transhumance en Savoie des brebis à laquelle ils ont participé depuis les Granges de...

Autour du monde

La famille Niaudet

Randonner en Italie du Nord en famille

La famille Niaudet, deux amoureux de nature devenus parents, ont décidé de continuer de vivre leur passion avec leurs 3...

Laissez un commentaire

En laissant un commentaire vous acceptez de laisser votre nom pour affichage sur le site et votre adresse mail pour pouvoir vous contacter à propos de votre commentaire uniquement si besoin. Vous pouvez à tout moment demander l'anonymisation de vos commentaires.

*Champs requis