Depuis le départ, aux Petits Baroudeurs, notre mission est de faire en sorte que les enfants passent plus de temps dehors, dans la nature. Non seulement parce que c’est plus sain pour eux, que ce soit pour leur comportement, leur épanouissement, mais aussi leur santé, mais aussi parce que c’est en connaissant la nature qu’on apprend à la respecter.

Pour passer du temps dehors, il faut être bien équipé. Aux ours la grosse fourrure bien chaude et imperméable, à nous, petits humains, pas grand chose, alors on se protège avec des habits et des chaussures. Encore faut-il que ce soient les bons équipements : jouer sous la pluie, dans les flaques en jean et en sweat coton, ça va bien cinq minutes, mais au delà vous allez récupérer un marmot grelottant qui n’aura qu’une envie, rentrer ! 

Comme le dit si bien le proverbe scandinave, il n’y a pas de mauvais temps, que des mauvais vêtements. Donc il faut le bon équipement

Cela nous amène aux choix que nous devons faire, aux Petits Baroudeurs, pour proposer les meilleurs produits possible pour que les enfants aillent dans la nature. Et ce n’est pas une mince affaire… On vous explique donc ici comment on essaie de tordre le coup à cette équation pour le moins intéressante en suivant les valeurs qui nous sont chères : amener les enfants à respecter la nature en leur proposant des produits bons pour leur santé, pour la planète et fabriqués respectueusement. Et si on ne trouve pas de produit respectueux, déniche des équipements solides qui durent dans le temps.

Ce que doit respecter un produit sélectionné par Les Petits Baroudeurs

Depuis le départ de notre aventure, vous nous faite confiance dans nos sélections de vêtements, porte-bébé, chaussures… Il faut dire qu’on teste avec soin tout ce qu’on vous propose pour que ce soit nous (et nos mômes) qui essuient les plâtres et pas vous. 

Idéalement, voici le cahier des charges que doit suivre un produit que l’on vous propose : 

Résistance et solidité 

Le pantalon qui se déchire à la première gamelle, personne n’aime ça, nous y compris. Clairement, un vêtement ou des chaussures pour les enfants, cela doit être suffisamment costaud pour survivre à un, deux voire même trois enfants. 
On parle de résistance à l’abrasion (calculée en rub).

Pour des gourdes, des boîtes, des biberons, des sacs, l’idée reste la même : que le produit dure dans le temps et résiste aux chutes, lancers… et autres façons créatives qu’un enfant aura de disposer de ses affaires.

L’idée : s’éloigner au maximum des produits “jetables” pour limiter notre impact sur l’environnement.  

Confort

Pour ce qui est des vêtements et des chaussures, on fait notre maximum pour choisir des produits qui laissent les enfants libres de leurs mouvements. Pour jouer dans la nature, il faut pouvoir bouger, sauter, se rouler par terre, bref, le critère de confort est primordial. 

Comme le dit Reima : nous sommes pour la joie du mouvement !

Protection (pluie, vent, soleil)

Toujours pour les vêtements d’extérieur, on attend une certaine technicité des produits : résistance au froid, à la pluie, au vent, aux UV, aux insectes…

Souvent, pour aboutir à ces résultats, on passe par… du pétrole, tout simplement. En effet, les textiles techniques sont majoritairement en synthétique. 

L’imperméabilité passe souvent par deux technologies. Pour commencer, la membrane, tissu qui ne laisse pas passer l’eau tout en évacuant l’humidité (vous connaissez sûrement la membrane Gore-Tex, mais les marques ont souvent aujourd’hui leur propre membrane) sera le plus efficace. Ensuite, le traitement de surface, coating, va assurer la déperlance. Il s’agit d’un enduit qui fait glisser l’eau et évite qu’elle ne pénètre dans le tissu. 

Pour qu’un vêtement ou une chaussure soit bien imperméable, il lui faudra donc une membrane et un traitement déperlant. 

Santé – des produits inoffensifs

On n’imagine souvent pas la quantité de produits nocifs dont est imprégné un vêtement. Perturbateurs endocriniens et compagnie se retrouvent dans de nombreux habits, techniques ou pas d’ailleurs. Ce sont souvent des phtalates ou des agents fluorés. 

Et quand on voit les plus petits machouiller leur capuche ou leurs manches, cela a de quoi faire froid dans le dos. 

On sélectionne donc des produits, vêtements comme biberons, gourdes, ou autres qui sont exempts de ces matières. 

Environnement et social

Bien sûr, on préfère toujours des produits qui sont fabriqués dans des usines qui respectent à la fois l’environnement (et ne vont pas rejeter leur déchets de manière inconsidérée par exemple) et les hommes et femmes qui y travaillent (condition de travail, éthique…). 

Proximité

Autre élément important, celui de la provenance géographique. Consommer local, c’est mieux, et on y travaille. Toutefois, cela reste bien plus simple pour acheter ses pommes de terres que pour trouver une veste softshell bébé n’est-ce pas ? 

Bref, le made in France, made in Europe ou encore made in “bassin méditerranéen” est important et nous sommes toujours en quête de produits fabriqués “pas loin”. 

Prix

Le dernier critère qui vient contrebalancer tous les autres…  Nous avons à coeur de proposer, certes, le meilleur (technique, sain, éco, éthique, local…) matériel, mais pour autant de ne pas le réserver à une minorité de personnes qui pourra se l’offrir

C’est bien connu, les enfants, ça pousse vite, et il n’est pas toujours facile d’investir de grosses sommes sur du matériel qui ne dure parfois que quelques mois. Nous en avons bien conscience. 

Du coup, nous sommes aussi toujours en quête de produits les plus abordables possible. 

Sachant que nous ne sommes pas producteurs mais distributeurs de ces produits, vous me voyez venir, on détient là une équation quasi insolvable. Des produits qui remplissent tous ces critères sont vraiment difficiles à trouver et souvent, il y a en a un ou deux qui passent à la trappe. 

Néanmoins, on fait notre maximum et on est heureux quand on trouve des perles rares. Tellement heureux d’ailleurs qu’on a envie de vous en parler…

Comment on déniche les marques et les produits qui répondent à notre cahier des charges

Le choix des matériaux

Le plus simple, c’est bien sûr d’aller vers des matières naturelles. Laine (sous réserve que les moutons soient élevés de manière respectueuse), plume (idem), et coton bio pour la partie vêtement représentent des solutions adaptées vers lesquelles nous nous tournons. Néanmoins, ces matières ne remplissent pas toutes les fonctionnalités dont nous avons besoin pour nos vêtements, à savoir la protection de la pluie, du vent, des UV, des insectes… 

On retrouve donc du pétrole, oui, mais recyclé ! Sous la forme de polyester recyclé, souvent à partir de bouteilles plastique. Cela permet de produire des vestes et pantalons imperméables, des vêtements pour le ski, ou encore des sacs à dos, comme les chouettes animaux de la marque Affenzhan… 

Et pour l’imperméabilité, certaines marques ont trouvé la solution pour contourner les enduits imperméabilisants douteux en créant des coating sains pour les enfants comme Lego avec le Bionic Finish Eco exempt de composés fluorés (perturbateurs endocriniens) ou encore Reima avec son DWR (Durable Water and dirt Repellent) complètement sain pour les enfants et la nature.

Du côté des gourdes et autres boîtes, nous sélectionnons aussi des marques proposant des matières innovantes et saines comme EcolunchBox et ses boîtes inox, ou encore Light My Fire et ses accessoire pour manger en pique-nique et bivouac fabriqués à base de bio-plastique (plastique issu de matière première végétale et non pétrolière).

Le choix de produits increvables et/ou évolutifs 

Comme le clame régulièrement la marque Patagonia, en matière d’écologie, le meilleur achat est encore celui qu’on ne fait pas. Aussi, transmettre/récupérer des chaussures, des vêtements en parfait état, c’est encore le mieux. Et là, je vous vois venir, vous allez me dire que passer des chaussures d’un enfant à un autre est impossible, tellement elles finissent détruites. Et bien pas du tout ! On a testé et, par exemple, les sandales Keen ou encore les chaussures de randonnée Meindl sont tout simplement increvables. De la même manière (encore une fois testé et approuvé) les vêtements de ski Lego peuvent largement faire deux ou trois enfants (tout en conservant leur imperméabilité). 

C’est à ce moment là qu’on peut se dire que l’investissement est justifié en comparaison d’achats dans la grande distribution ou les produits passeront plus difficilement d’un enfant à un autre… 

On adore aussi les marques qui imaginent des produits évolutifs ! Côté vêtements, la marque finlandaise Manymonths crée des habits en laine merinos qui durent plusieurs mois voire plusieurs années. Columbia et Picture Organic Clothing, dans le domaine du ski, ont, de leur côté, pensé à un système de coutures dans les manches des vestes et les jambes de pantalons qui permet de libérer un surplus de tissu et fait gagner une taille. L’ensemble de ski dure ainsi au moins deux ans. On est fans !

MeroMero, jeune entreprise annécienne propose quant à elle des produits innovants et surtout évolutifs comme un matelas à langer qui devient une pochette d’ordinateur ou encore une pochette isotherme pour biberon qui sera ensuite parfaite pour garder une bouteille de rosé au frais. Il fallait y penser non ? 

Le choix de marques engagées

Quand on déniche une marque qui non seulement propose des produits qui nous conviennent, et en plus s’inscrit dans une démarche éthique, sociale et écologique, je peux vous dire que c’est la fête ! 

Pour en citer quelques unes, Bioviva par exemple conçoit des jeux de société sur le thème de la nature et de la biodiversité, dans des matériaux sains et sans plastique (carton, bois, encres végétales), les fabrique en France et mène une politique éthique et sociale. Bref, l’accord parfait avec nos valeurs !

Picture Organic Clothing et Reima nous enthousiasment aussi beaucoup tant à travers leurs produits éco que leur démarche entrepreneuriale qui répond aux enjeux éthiques et écologiques

Aujourd’hui, un peu plus d’un tiers de nos marques colle en tous points à nos exigences. Pour les autres, elles correspondent en partie et cochent plusieurs cases. Aussi, nous essayons de progresser avec elles ou alors de trouver des alternatives. 

Nous avions à coeur de vous expliquer tout cela pour que vous réalisiez les problématiques auxquelles nous faisons face et les choix que nous faisons au quotidien. 

D’ici 2025, on vise les trois quarts de nos fournisseurs répondant intégralement à nos exigences, en espérant que de nombreuses nouvelles marques engagées auront vu le jour d’ici là !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here